Départ de la Solitaire du Figaro, enfin !

Dimanche 22 août. Ça y est, nous y sommes, c’est aujourd’hui qu’est donné, à Saint-Nazaire, le départ de la 52ème édition de la Solitaire du Figaro ! C’est parti pour cette course légendaire, point de mire de nombreux marins parmi lesquels Philippe Hartz dont nous suivons les aventures depuis plusieurs mois maintenant.

Courses passées, entraînements, combats, sueur et investissement absolu, tout l’a mené jusqu’ici, jusqu’à cet instant. Pendant un mois de course et de grand spectacle, audace, combativité, ténacité, persévérance et technicité seront sans aucun doute au rendez-vous pour notre plus grande joie.

Place à la compétition. Allez Philippe !

 

 

 

L’Histoire d’une course mythique en quelques dates

 

1970

En 1970, deux journalistes, Jean-Louis Guillemard et Jean-Michel Barrault, lancent la première édition de la Solitaire. Au départ de Brest, cette course, baptisée « Course de l’Aurore », du nom du journal qui l’organise, est la toute première course de voile en solitaire et en haute mer. Ouverte, déjà à l’époque, aussi bien aux professionnels qu’aux amateurs, elle a su s’imposer rapidement comme un incontournable de la compétition nautique et est devenue l’une des plus prestigieuses courses à la voile de France.

 

1980

En 1980, le Figaro rachète l’Aurore et la course change de nom. C’est également à cette période que l’on passe d’une course ouverte à tous types de bateaux à une course exclusivement réservée à des bateaux de classe Half Tonner.

 

1990

1990 voit l’arrivée du Figaro Bénéteau I, spécialement conçu pour la course en solitaire. Il domine l’édition et impose le respect. Dès l’année suivante le Figaro Bénéteau I (puis 2 et 3) devient le seul bateau autorisé à concourir, faisant de la Solitaire une course intense pour laquelle « puisque tout le monde a le même bateau, la différence se fait sur le skipper ».

 

La Solitaire du Figaro, pour ses participants comme pour les amateurs de course nautique, est un événement majeur dans le monde de la voile, c’est la reine des courses au large. Depuis plus de 50 ans elle fait rêver les marins et fait entrer ceux qui la gagnent dans la légende.

 

Embarquez, vous aussi, dans la légende 👇

 

 

La Solitaire du Figaro 2021 c’est :

  • 34 skippers au départ de la course
  • 12 bizuts (ils participent à la course pour la 1ère fois)
  • 7 nationalités (la France, l’Irlande, la Grande-Bretagne, la Suisse, l’Espagne, l’Italie et les États-Unis)
  • 2 488 milles dans l’Atlantique et dans la Manche
  • 4 étapes d’au moins 500 milles chacune (3 d’entre elles font même plus de 600 milles)
  • 1 course de légende

 

Un parcours ambitieux en 4 étapes

« Quatre étapes, un tracé de presque 2 500 milles alternant chevauchées hauturières et flirts côtiers sous haute tension. »

 

 

Pour cette 52ème édition, le parcours choisi est musclé et les étapes de la course sont exclusivement françaises. Historiquement, la Solitaire Figaro prend son départ de France, cette année ne fera donc pas exception avec un départ de Saint-Nazaire où elle fera également son retour après un mois de compétition.

 

Étape 1 : Saint-Nazaire-Lorient

 

« Une fois qu’ils auront quitté Saint-Nazaire, les marins mettront le cap sur Lorient pour le plus long chapitre du parcours, 689 milles, et un grand triangle dans le Golfe de Gascogne, via BXA et une cardinale à laisser à tribord devant La Corogne. »

 

Étape 2 : Lorient-Fécamp

 

« Depuis Lorient, les marins pointeront leurs étraves vers Fécamp. Il leur faudra avaler 490 milles en passant par le plateau de Rochebonne, la pointe Bretagne et le Cotentin… Un grand classique de La Solitaire du Figaro qui regorge de pièges et de passages à niveau, fait généralement le bonheur des observateurs et met les nerfs des marins à rude épreuve. »

 

Étape 3 : Fécamp-Baie de Morlaix

 

« Depuis les falaises normandes, impossible de ne pas envisager une traversée de la Manche pour aller jouer le long des côtes anglaises et surtout, grande première, aller virer une marque à Saint-Gowan, à la sortie du canal de Bristol, avant une arrivée en Baie de Morlaix. »

 

Étape 4 : Baie de Morlaix-Saint-Nazaire

 

« Enfin, le départ de la quatrième et dernière étape sera donné dans la Baie de Morlaix. Retour prévu à Saint-Nazaire via l’Irlande et le Fastnet pour une Solitaire du Figaro complète, riche, exigeante, enthousiasmante ! »

(source : https://www.lasolitaire.com/)

 

Loïc Peyron présente le parcours de cette 52ème édition 🗺

La Solitaire vue par les marins

« Course reine », « compétition d’exception », les marins qui ont participé à l’une ou l’autre des 51 dernières éditions de la Solitaire du Figaro ne tarissent pas d’éloge pour cette incroyable course au large. Ils l’ont vécue, ils en parlent :

 

« C’est un niveau de compétition élevé puisque les bateaux sont identiques. La différence se fait sur le coureur, sur la stratégie… » (Jean Le Cam)

 

« La Solitaire est une fantastique école de la vie, du solitaire et de la gestion de projet. C’est la base de tout ! » (Alain Gauthier)

 

« C’est une course très exigeante sur laquelle le niveau est toujours très élevé. Le format ne laisse que peu ou pas de droit à l’erreur parce que les bateaux sont très proches en termes de vitesse. Tu as un bateau donné et tu dois apprendre et réussir à en tirer le maximum. (…) C’est vraiment le marin qui fait la différence. » (Charlie Dalin)

 

« On affute beaucoup plus ses armes de régatier et de précision sur la Solitaire du Figaro, chaque détail et chaque mètre comptent, le rythme n’est pas le même. (…) La Solitaire c’est un sprint sur une distance quasi-marathon. (…) C’est la plus belle des écoles ! On se bagarre, on parfait une technique qu’on croit maitriser mais ce n’est évidemment jamais le cas. » (Loïc Peyron)

 

« La Solitaire est une épreuve unique, on se met bien dans le rouge, on vit des moments intenses, de très grosse fatigue, pendant lesquels il faut se surpasser, mais on apprend beaucoup de choses sur soi-même. Il n’y a qu’ici qu’on vit de telles choses, donc on a envie de les revivre, ça crée du manque. » (Fabien Delahaye)

 

 

 

Et la Solitaire en un mot ça donnerait quoi ?

 

 

Hydroption engagée sur la Solitaire avec Philippe Hartz

C’est parti donc pour une course d’anthologie ! Depuis maintenant plusieurs mois, Hydroption est entrée dans l’aventure de la Solitaire du Figaro grâce à son partenaire Philippe Hartz. A ses côtés course après course pour relever le défi, nous avons vibré, navigué, bataillé et transpiré grâce à son engagement et à ses exploits. Plus que jamais en ce début de compétition toute l’équipe Hydroption se mobilise avec Philippe. Bon vent, belle nav’, on est avec toi !

 

Quelques photos du départ

 

 

En avant donc pour la Solitaire du Figaro 2021, point de départ de la légende…

 

Pour suivre et soutenir Philippe 👍

👉 https://hydroption.com/defi-energie-circuit-figaro-2021/

👉 https://www.linkedin.com/in/philippe-hartz/

👉 https://www.facebook.com/Philippe-Hartz-102625908531617/

👉 https://www.instagram.com/philippe_hartz/

 

Pour suivre la course 🏁

👉 https://www.lasolitaire.com

👉 https://www.facebook.com/lasolitairedufigaro/

👉 https://twitter.com/LaSolitaire_52e

👉 https://www.instagram.com/lasolitairedufigaro/

👉 https://www.youtube.com/channel/UCkpFSgjRm49a2ASNeGm4tsA

👉 https://www.lefigaro.fr/sports/voile/la-solitaire

 

Pour vivre la course ⛵️

👉 https://www.virtualregatta.com/fr/offshore-jeu/

A la une

puits-carbone-hydroption

Puits de carbone, une stratégie d’avenir pour le climat ?

dg

Hydroption recrute un Responsable DevOps / administration système / architecture cloud (H/F, CDI, à Toulon, à pourvoir dés que possible)

Tour de Bretagne Voile 2021

Tour de Bretagne : 5 étapes à la découverte des joyaux de la Nature !

Hydroption Top 3 fournisseurs électricité 2021

Palmarès des fournisseurs d’électricité 2021 : Hydroption dans le top 3